Comment est né le crowdfunding et pourquoi ça marche ?

Au premier rang des modes courants de financement des projets, le prêt, qu’il soit entre amis, en famille ou à la banque, a longtemps occupé une place de choix. Mais les difficultés progressives d’accès à ce type de financement et les contraintes liées au remboursement des prêts, ont conduit les porteurs de projets à recourir à des solutions innovantes qui élargissent leurs chances d’accéder au financement. Parmi ces solutions, le crowdfunding s’est particulièrement illustré.

Qu’est-ce que le crowdfunding ?

C’est un anglicisme employé pour faire allusion à un financement participatif. Comme cela peut s’en déduire, la définition du crowdfunding renvoie donc à un mode par lequel il est fait appel à des acteurs autres que les institutions bancaires ou financières conventionnelles, pour « lever des fonds» en vue du financement de projets. Encore qualifié de socio-financement de projets, ce mode de collecte de fonds repose sur un appel à la foule.

Ce sont alors à des acteurs économiques divers que s’adresse ce financement de projet par la foule. Le crowdfunding s’adresse aux entreprises, aux associations, aux particuliers, aux collectivités privées ou publiques, etc. La contribution de ces acteurs peut se faire à travers des dons assortis ou non d’avantages, de prêts avec ou sans intérêts, ou encore sous forme d’investissements en capital, en obligations ou contre royalties.

Ce financement participatif étant ouvert à un large public dont les capacités financières vont des moins fortes aux plus élevées, l’addition des sommes d’argent apportées permet de mobiliser des montants élevés pour réaliser le projet. C’est donc le nombre de personnes apporteuses qui fait la différence.

Comment est né le crowdfunding ?

Si le crowdfunding s’est révélé au grand nombre avec la démocratisation de l’internet, il n’est pas si récent qu’on pourrait le penser. Ses origines connues remontent au XVIIIe siècle où certains auteurs d’œuvres artistiques ou littéraires, faisaient appel à de nombreux investisseurs pour soutenir leurs projets. Le célèbre artiste autrichien Wolfgang Amadeus Mozart offrait par exemple des manuscrits personnalisés à toutes les personnes qui acceptaient de contribuer au financement de ses concertos.

Au XIXe siècle, plus précisément en 1885, la célèbre statue de la Liberté a bénéficié de ce financement participatif. Auguste Bartholdi, son concepteur, sollicita grâce à un homme de presse, un crowdfunding auprès de cent-mille personnes. Face à la réussite de ce système, plusieurs associations ont commencé à solliciter leurs membres ou la population aux fins de récolter des dons pour des œuvres de charité ou communautaires à retombées économiques.

À l’avènement des nouvelles technologies, et suite à la crise financière de 2008, le financement participatif s’est imposé comme l’un des modes privilégiés de financement de projets grâce aux effets conjugués, de l’internet, des réseaux sociaux, des sites religieux ou communautaires, d’autres plateformes fédératives, et des difficultés persistantes d’accès aux crédits bancaires.

Pourquoi le crowdfunding attire-t-il autant de personnes ?

Le crowdfunding présente plusieurs avantages non seulement pour le porteur de projet, mais aussi pour l’apporteur d’argent. Pour le premier, il permet sans aucun doute de faciliter la levée des fonds nécessaires à la réalisation de son projet puisqu’au lieu de se lancer à la recherche de grands investisseurs, il se tourne plutôt vers un grand nombre de personnes qui apportent chacune une petite somme d’argent, ceci sous des formes diverses et assorties de moins de contraintes.

Toujours pour le porteur, un autre avantage réside également dans la multiplicité des formes de participation et surtout dans la facilité d’accès que présente le crowdfunding. Il existe ainsi plusieurs plateformes internet spécialisées dans le prêt en ligne encore appelé crowdlending où l’emprunteur s’adresse, au moyen d’une plateforme web, à plusieurs prêteurs qui participeront à hauteur de leurs moyens avec un remboursement avec ou sans intérêts dans des délais impartis.

Pour l’apporteur ou le prêteur, ce sont les intérêts, les récompenses, et le droit de préférence dont il peut bénéficier s’il souhaite être actionnaire de l’entreprise, qui constituent les avantages majeurs dont il bénéficie.

Une autre raison pour laquelle le crowdfunding attire autant de personnes, c’est la pluralité de ses domaines de faisabilité. Le financement participatif en matière immobilière permet par exemple de financer des constructions immobilières.