Simple critique ou propos diffamatoire – comment faire la différence ?

Jeune ou adulte, tout le monde apprécie le pouvoir de s’exprimer librement sur internet, sur les forums et surtout sur les réseaux sociaux. Face à cette liberté d’expression, il arrive, un jour ou l’autre qu’on ait une critique à formuler ou un avis à donner à propos d’une marque, d’un produit, d’un service d’une entreprise, d’une célébrité…Une certaine colère, l’insatisfaction peut animer une personne…à donner une critique négative, à publier des contenus diffamatoires. Il faut souligner que même si internet se caractérise par cette liberté d’expression, vous n’êtes pas libre de dire tout et n’importe quoi ; évitez donc d’abuser de cette liberté.

Les limites de la liberté d’expression sur internet

Etre libre de s’exprimer, ne veut pas dire qu’on peut dire tout et n’importe quoi. Il faut souligner qu’il y a une grande différence entre la libre critique et les propos pouvant relever d’infractions pénales. Même si tout le monde peut donner son avis, critiqué, conseiller sur internet, sur les forums ou sur les réseaux sociaux ; on doit écrire sur ces différentes plateformes comme on parlerait à un ami tout en évitant de réaliser des conséquences pouvant entrainer la publication des propos tenus. Il existe six différentes infractions pénales susceptibles d’être retenues : les insultes, l’injure, les atteintes à l’ordre public, les atteintes à la vie privée des personnes, le dénigrement et la diffamation.  Quant à ce dernier, on peut citer plusieurs exemple de diffamation sur internet. Dans ce cas, il faut pouvoir démontrer l’existence de certaines conditions dont l’allégation d’un fait précis, la mise en cause d’une personne déterminée, l’atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne et le caractère public de la diffamation. Face à ces différents propos, il faut quand même souligner que sur internet, il n’est pas simple de parvenir à identifier l’auteur d’un contenu litigieux ; car l’obligation légale de faire figurer des mentions légales sur tout site internet ou autres plateformes n’étant pas respectée par la majorité des utilisateurs. Ainsi, il s’avère difficile d’identifier l’auteur principal de l’infraction.

Comment se déroulent les poursuites pénales

Sur internet, le système de responsabilité se fait en cascade ; il s’agit d’un ordre à respecter. Le premier responsable ou auteur principal d’un contenu diffamatoire est le directeur de la publication du site web, à défaut l’auteur des propos incriminés ou le producteur du site. C’est le directeur de la publication qui est considéré comme auteur principal du propos, même si ce dernier a été rédigé par un autre blogueur.