Généralités sur l’anodisation

L’anodisation est l’un des traitements de surface les plus courants de l’aluminium. Dans tous les processus d’anodisation, la réaction de base est la conversion de la surface en aluminium en oxyde d’aluminium. La pièce en aluminium, lorsqu’elle est rendue anodique dans une cellule électrolytique, augmente l’épaisseur de la couche d’oxyde, ce qui entraîne une meilleure résistance à la corrosion et à l’usure. À des fins décoratives, la couche d’oxyde formée sur la surface peut être teinte.

  • L’Anodisation de type I (Anodisation à l’acide chromique) : revêtements conventionnels formés à partir d’un bain d’acide chromique. Les revêtements anodisés chromiques sont principalement utilisés pour les applications aérospatiales nécessitant une résistance à la corrosion et une bonne adhérence de la peinture.

  • L’Anodisation de type II (Anodisation à l’acide sulfurique) : revêtements classiques formés à partir d’un bain d’acide sulfurique. L’anodisation sulfurique est le procédé le plus couramment utilisé et le plus approprié pour la coloration.

  • L’Anodisation de type III (Anodisation à couche dure) : Bain d’électrolyse à basse température et densités de courant plus élevées pour produire des revêtements plus épais, offrant des surfaces plus résistantes à l’usure et à l’abrasion. Les finitions anodisées de type III peuvent être teintes ou non.

Le choix du matériel d’anodisation doit être effectué en tenant compte du procédé à utiliser.

Procédé et équipement d’anodisation

La vitesse de formation du revêtement anodique dépend de la densité de courant pendant l’oxydation anodique de l’aluminium. En règle générale, les alliages qui répondent bien à l’anodisation suivront la « règle de 720 », ce qui signifie qu’il faudra 720 ampères-minutes pour produire une épaisseur de revêtement anodique de 25 µm (1,0 mil) sur 1 pied carré.

Automatisation

L’automatisation de la ligne de processus fournit les résultats les plus fiables et les plus cohérents pour le processus d’anodisation. Tous les paramètres peuvent être surveillés et contrôlés par ordinateur, éliminant les erreurs humaines.

Les redresseurs peuvent être configurés automatiquement à l’aide des informations sur les pièces stockées dans une base de données, et les informations de contrôle de processus peuvent être enregistrées dans des fichiers afin de générer des rapports indiquant les temps de traitement, les conditions de fonctionnement de chaque processus, les alarmes système, etc. Une analyse statistique du contrôle de processus peut être incluse pour améliorer la qualité des produits et des processus.

Le système de contrôle peut effectuer des ajouts de produits chimiques, enregistrer des ampères-heures et des routines de maintenance des signaux. Les terminaux à écran tactile permettent aux opérateurs d’accéder facilement aux informations de processus, aux points de consigne et à l’état de charge. La protection par mot de passe fournit un accès multi-utilisateur pour les opérateurs et les ingénieurs de processus. Les charges peuvent être traitées selon un cycle temporel fixe, en exécutant le même processus de manière répétée, ou par un cycle de chargement aléatoire, qui exécute un éventail de produits illimité. Le fonctionnement temporisé fixe fournit un débit maximal à la machine, tandis que le chargement aléatoire offre une flexibilité maximale.