Impact de l’encadrement de loyer sur le marché des biens locatifs

L’encadrement des loyers est un sujet houleux qui oppose la société civile, les investisseurs immobiliers, les ménages et bien évidemment l’Etat. Chaque partie à sa manière à elle de voir les choses, et pour le cas des investisseurs immobiliers locatifs, la réinstauration de l’encadrement de loyer ne vise pas à régler la crise de logement dans les grandes villes, mais au contraire, cela ne fera qu’envenimer la situation.

Adoptée par le parlement à titre expérimental, la loi Elan vise à réguler les loyers dans les zones dites tendues. L’objectif étant de pouvoir fixer le loyer de référence par la préfecture en charge de la catégorie de logement que les investisseurs mettent en location. Interrogés sur cette question, les propriétaires bailleurs avaient affirmé que la reprise de cette mesure pourrait impacter négativement le marché locatif. Dans ce qui suit, essayons de voir ces risques ainsi que leurs impacts sur le marché immobilier, notamment dans les grandes villes.

Une réduction entraînant de nouvelles pénuries de logements en location

D’après les études menées auprès des bailleurs locataires, près de deux tiers d’entre eux estiment que l’investissement locatif ne sera plus aussi rentable contrairement aux années précédentes. Cela se fera sentir dès le retour de l’encadrement de loyer. 30 % d’entre eux envisagent d’abandonner tout simplement la location en revendant leurs biens si 20 % préféreraient investir dans d’autres secteurs et le reste se tournerait vers la location touristique.

Cela engendrerait une nouvelle pénurie de logement qui continue de menacé les grandes villes, surtout la capitale. Comme les potentiels économiques de ces villes attirent de plus en plus de personnes chaque année, l’offre n’arrivera plus à suivre la demande, d’autant plus que la majorité des investisseurs optent pour un retrait sur le marché immobilier locatif.

Cela est le cas dans les grandes villes telles que Bordeaux et Nantes, et avec la promulgation de cette nouvelle loi, il se peut que la situation vienne à s’étendre dans d’autres villes comme Paris, Marseille ou encore Lyon. Mis à part la diminution du nombre de biens disponibles à la location, la flambée des prix sera également au rendez-vous, cela malgré la réglementation en vigueur.

Le marché de l’immobilier, quelle est la tendance pour 2019 ?

D’après les sondages effectués au niveau de propriétaires, près de 25 % d’entre eux ont déclaré vouloir investir dans l’immobilier locatif pour l’année 2019. Cela se traduit certainement par le marché qui est propice au placement financier. C’est donc une manière de pallier au manque de logement, à savoir encourager les particuliers à investir dans l’immobilier locatif.

L’Etat devra donc faciliter l’accès à ce type de bien tout en freinant la hausse immodérée des loyers appliqués. Les acteurs du secteur immobilier apprécient les efforts fournis par le gouvernement afin de répondre aux besoins de logements de la population ; de même que l’amélioration de la qualité du parc immobilier français à travers la loi De Normandie. Cette dernière fait partie des dispositifs de défiscalisation immobilière qui correspond parfaitement aux attentes des investisseurs.