La résistance iranienne : un changement démocratique à portée de main

L’intégrisme islamique inspiré par Téhéran constitue un fléau à l’égard de la paix et de la stabilité du monde. Maryam Radjavi déclare qu’il est possible de combattre cette menace avec une culture anti-islamique. Pour ce faire, il faut adopter une interprétation moderne et un changement démocratique en Iran en présentant un visage tolérant et en rejetant la sauvagerie des mollahs vis-à-vis de la religion.  

Maryam Radjavi déclare la situation intolérable

Changer la démocratie et lutter contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran sont des initiatives nécessaires à la paix, à la sécurité et à la stabilité dans la religion. En effet, le cruel régime au pouvoir en Iran, premier commanditaire du terrorisme dans le monde d’aujourd’hui, n’a entraîné que du chaos et de la terreur en pillant la richesse de son propre peuple.

Parlant au nom de la résistance iranienne, la présidente du conseil national Maryam Radjavi proclame que pour éradiquer les menaces nucléaires et terroristes perpétrées par le régime actuel, le retrait immédiat de ce dernier reste l’unique solution. Certes, un régime basé sur la loi du pouvoir absolu d’un guide suprême religieux ne peut exister sans terrorisme, répression et armes de destruction massive. Pour renverser le régime de Khomeiny, le CNRI a mis en place des plans pour l’avenir, à savoir :

  • La séparation de la religion et de l’État
  • L’indépendance du Kurdistan iranien dans le cadre de l’intégrité territoriale
  • L’abolition de toutes les  formes de discrimination sexuelle, ethnique et religieuse
  • La liberté totale d’expression, de presse et des partis politiques
  • La sécurité légale et professionnelle de tous les citoyens

Le renversement du régime en Iran

Il faut mettre fin à la dictature en Iran pour libérer le peuple iranien de la tyrannie religieuse. Maryam Radjavi insiste sur le fait que le changement de régime en Iran est à portée de main et qu’il existe une solution démocratique efficace. Pour cela, le corps des gardiens de la révolution doit figurer sur la liste noire. Les mollahs doivent être isolés par la communauté internationale et le pouvoir en Iran doit être remis à la résistance iranienne.

En outre, le conseil de sécurité des Nations Unies doit également monter un dossier accusant le dirigeant du régime actuel de terrorisme, de crimes innombrables à l’encontre du peuple iranien et des massacres faits aux prisonniers politiques et le remettre au tribunal international. Lors d’un grand rassemblement, de nombreuses personnalités politiques venues des quatre coins du monde se sont réunies pour dénoncer les crimes du régime iranien comprenant des dizaines de délégations parlementaires venant des États-Unis, du Canada, de l’Europe, etc.