Le coaching de dirigeant pour prévenir le burn-out.

Le coaching de dirigeant pour prévenir le burn-out.

Comment un coaching peut-il éviter un burn out ? Ou de façon plus explicite, comment peut-il éviter qu’un patron n’explose ? Dans cet article, vous trouverez en premier plan un zoom sur le burn-out du dirigeant, et en second plan la prévention du syndrome par le coaching professionnel.

Les personnes les plus sensibles au burn-out.

Il existe un certains profils et situations à risque qui peuvent facilement être atteints par le processus de burn-out. Le coaching de dirigeant est aujourd’hui très demandé car le phénomène de burn out chez les patrons est de plus en plus flagrant. Certains statuts professionnels sont plus exposés au burn-out que d’autres. Rappelez-vous qu’à l’intérieur de cette blouse blanche, costume-cravate, air insociable et tailleur chic, se trouve un être humain avec sa sensibilité, sa personnalité, ses idéaux et ses principes. Et là, il n’y a ni fonction occupée, ni catégorie professionnelle.

Les principales caractéristiques d’un profil sensible au risque de burn-out sont nombreuses à savoir l’idéaliste sur l’exercice professionnel, le désir ardent de reconnaissance, le sentiment d’être indispensable, l’acharnement à la tâche, la faible connaissance de ses limites, les difficultés à dire non ou à déléguer une quelconque tâche. Certaines situations professionnelles peuvent également accroître le risque de burn out tel l’isolement, la quantité de travail qui est incompatible avec la disponibilité des ressources, l’ambiance conflictuelle, la faible autonomie dans l’exécution des tâches ou l’environnement professionnel qui requiert beaucoup en terme de rendement et de rythme.

Le phénomène du burn-out.

Il est vrai que la condition de travail de certains dirigeants d’entreprises s’est complexifiée ces derniers temps, mais cela ne signifie pas pour autant que tous les cas de fatigues professionnelles sont du burn-out. Depuis que les diagnostics d’épuisement professionnel ont été avancés, certains employeurs n’hésitent pas à en faire usage pour s’absenter du travail. Après, on peut se demander si c’est l’apparition de ce concept qui a augmenté les cas, ou si c’est l’augmentation des effectifs qui ont vraiment conduit à trouver un nom à ce concept. C’est un peu l’histoire de l’œuf ou la poule. Le mystère reste encore entier.

D’autant plus qu’à l’heure actuelle, le phénomène du burn-out n’est pas toujours catégorisé dans le manuel de diagnostics des psychiatres. Il est plutôt un processus physiologique que psychologique. Cela découle d’une décompensation anxio-dépressive qui donne lieu à un stress chronique.

Ainsi, que le burn-out soit ou non un effet de mode, les conséquences sur la santé mentale et physique du sujet sont bien réelles.