Le Nyambéisme Mbok : la religion du peuple Bassa du Cameroun

Dans les croyances traditionnelles africaines, le Nyambéisme a une place particulière parmi les peuples bantous. Au Cameroun, l’ethnie Bassa a développé une branche spécifique du Nyambéisme que l’on nomme Mbok.

Les principes de bases du Nyambéisme

Dans les croyances des Bassa, le principe fondateur est l’existence d’Hilôlômbi, dont le nom signifie “celui qui vit pour l’éternité”, et qui est l’ancêtre commun (“ngé” en langue Bassa) du peuple Bassa.

Cette croyance en un ancêtre commun, est le commandement fondamental. Il découle de l’idée que l’existence de chacun dépend forcément de l’existence d’une autre personne avant, et que l’existence de cette autre personne dépend donc d’une autre avant lui, etc.

De ce principe, toute personne ayant une famille, Bassa ou non, peut rentrer comme croyant de cette religion. Cette centralité des ancêtres et des parents expliquent pourquoi les liens et l’aide aux plus âgés est important.

Ainsi, contrairement au judaïsme, au christianisme ou à l’Islam, il n’y a aucune révélation. L’idée fondamentale est de vivre en harmonie et de comprendre l’univers, et de ce fait, l’irrationalité n’y a que peu de place.

Un panthéon foisonnant dominé par le dieu principal Nyambe

Dans le panthéon de la religion du peuple Bassa, en haut de la hiérarchie des divinités se situe Nyambe, qui en langue Bassa est une fusion entre les deux expressions “celui qui était” et celui qui sera”, rappelant évidemment la signification du Tétragramme dans la Bible hébraïque. Plus qu’un dieu personnifié, il représente l’univers éternel et sage, rayonnant de sa puissance et de sa beauté sur le monde. Nyambe tire son importance du fait qu’il est le créateur de l’ancêtre commun.

Ce lien avec l’Univers explique pourquoi le panthéon se découpe en trois sections liées à la Terre, l’Eau et l’Air.

Ainsi on peut y voir entre autre Ngi (le ciel), Isi (la terre), Hianga (le soleil), Um (guérison, médecine et culture), Kôô (protectrice des femmes et de la fécondité), etc.

Des lieux saints sont également existant, avec en particulier Ngok Lituba, qui est la source d’un conflit entre les peuples autochtones et L’Église catholique.

Cette dispute est le résultat de l’influence du christianisme comme des autres religions, sur la culture Bassa, au point de retrouver parmi le clergé local de nombreuses personnes issues du peuple Bassa.

Aujourd’hui, les Bassa font la fierté du Cameroun et des camerounais. Par leurs actions bénéfiques à l’égard de tous les camerounais, par leur gentillesse et leur travail, ils contribuent à la prospérité nationale.