Le profilomètre : un instrument indispensable dans certains secteurs

On utilise un bon nombre d’outils pour perfectionner un produit. Le profilomètre en fait partie. Il s’agit plus précisément d’un appareil de contrôle qualité d’une surface. Avec les consommateurs qui tendent à être de plus en plus  exigeants, la plupart des industriels décident de se servir de ce dispositif. Le profilage fait maintenant partie intégrante du circuit de production.

Un instrument pratique pour toutes les  sortes d’activité

Un profilomètre sert à identifier les irrégularités micro-géométriques. L’unité de mesure de référence est alors le nanomètre. Par conséquent, il s’agit de détecter des saillies que l’on ne peut percevoir à l’œil nu ou bien au toucher. Cet instrument est donc utilisé pour le contrôle de la qualité de finition de certains produits. À titre d’exemple, il est employé dans l’industrie automobile pour la conception du bloc moteur. Les industriels s’en servent afin de détecter d’éventuels défauts qui risqueraient d’entraîner des frottements.

Le profilomètre est largement utilisé dans l’aéronautique pour mener à bien l’assemblage de certains composants.

Mais, les spécialistes des sciences des matériaux ont été les premiers à se servir de ces dispositifs. Dans le domaine du BTP, certains chantiers exigent un contrôle minutieux des surfaces. De nombreux profilages doivent être effectués afin de soigner l’aspect extérieur du bâtiment ou pour garantir sa robustesse.

Au sein de certaines entreprises, le rugosimètre sera employé pour peaufiner la finition des produits. Il s’agit alors de répondre aux exigences des consommateurs en matière de qualité de fabrication.

Les deux grandes catégories de profilomètre

Actuellement, les profilomètres optiques sont les plus répandus sur le marché. Mais il en existe une grande variété, dont le modèle classique qui est doté d’une pointe en diamant. On l’appelle aussi rugosimètre à contact, car, pour évaluer les différentes imperfections d’une surface, le stylet devra effleurer le matériau. On lui reproche cependant de détériorer certaines matières à faible densité en laissant des traces de son passage. Cela fausse quelquefois les calculs.

Heureusement, les profilomètres matriciels et à balayage sont désormais disponibles. Ils détectent les aspérités grâce à la réflexion de la lumière. Les spécimens équipés d’une caméra CCD restent aujourd’hui les plus prisés puisqu’ils offrent des mesures précises, quelle que soit la luminosité.

Afin de se doter de ces équipements, les industriels peuvent consulter des fournisseurs spécialisés. Ces derniers sont actuellement présents sur internet. Les intéressés ont donc la possibilité de passer une commande via le site web de ces établissements.