Les principaux congés en France

congé

En matière de congé, la France n’est pas en retrait même si elle n’est pas la mieux lotie. Actuellement on y dénombre plus de 16 types de congés. Mais avant de connaitre ces types de congés français, il est utile de parler des 11 congés reconnus mondialement.

11 types de congés reconnu dans le monde

Vacances, naissance, sabbatique… les salariés ont droit à divers types de congés. Ils peuvent les prendre selon les circonstances du moment, tout en suivant les règlements de la société. Voici un petit résumé pour ceux qui ne les connaissent pas.

CIF ou congé individuel de formation

C’est un droit à la formation, pour tout salarié qui désire y accéder. Celui qui le demande peut s’absenter de son travail pour une période déterminée. Le financement de ces congés provient des entreprises paritaires reconnues par l’Etat. Les heures dépensées pour la formation sont tenu en compte pour le calcul des droits aux congés payés.

Il est utile de préciser que le responsable a le droit de changer la période du congé quand il estime que le départ de l’employé peut nuire au développement de sa société ou quand le nombre d’absence est trop élevé.

Le déroulement du CIF

Pour vous mettre à la page du CIF, voici concrètement ce que cela implique :
• Il peut atteindre jusqu’à une année d’apprentissage à temps plein ou 1200 heures à temps partiel.
• Il fait partie du travail vu qu’il nécessite un billet de sortie visé par l’employeur.
• Il mène à l’arrêt du contrat de travail. Toutefois, l’employé reste toujours un acteur au sein de son entreprise.
• Avec le CIF, on ne perd pas les congés, l’ancienneté et le droit à la sécu.

Les congés payés

Selon les actualités de manatime sur les congés payés, chaque année, l’employé a droit à des congés payés pris en charge par la société. Il peut prétendre à 2 jours et demi par mois, soit 5 semaines par année de travail complet (du 1er Juin au 31 Mai). Néanmoins, durant ces congés payés l’employé n’a pas le droit de faire une autre activité lucrative.
Il est bon à savoir que, les époux et les gens associés par un PACS (Pacte Civil de Solidarité) travaillant ensemble au sein d’une seule société, puissent demander un congé à la même période.

Particularité des congés payés

Vis-à-vis des congés payés, chacun des acteurs de la société a sa part de responsabilité.

  • L’employeur : doit administrer la prise des congés de l’employé en fixant les périodes et en chiffrant la paie. Il a l’obligation de donner la permission à son employé de prendre ses congés.

La violation de cette obligation peut entraîner des poursuites et condamnations, contre l’employeur, devant les tribunaux

  • L’employé : est obligé de prendre ses congés.

La loi stipule que l’employeur n’a pas le droit d’esquiver cette obligation, en offrant au salarié, de l’argent en contrepartie de la prise effective des congés.

Le congé de maternité

Comme son nom l’indique, c’est l’employée enceinte qui a droit à ce congé pendant la période qui entoure la date prévue de son accouchement. C’est la sécu et le code du travail qui fixe sa durée. Toutefois certaines entreprises prennent des dispositions plus adéquates à la situation. Si la salariée a à son actif plus de 10 mois d’immatriculation en tant qu’assurée socialement lors de son accouchement, elle peut accéder aux indemnités journalières pour son congé de maternité. Dernièrement, le prix maximum de cette indemnité s’élève à 84,90 € par jour.

Diversités de durée

A l’instar des autres congés, la durée du congé de maternité varie selon le cas qui se présente.

  • Naissance unique avec moins de 2 enfants à charge équivaut à 6 semaines avant l’accouchement et 10 semaines après.
  • Naissance unique avec 2 enfants ou plus à charge vaut 8 semaines avant l’accouchement et 18 semaines après.
  • Naissance de jumeaux : 12 semaines avant l’accouchement et 12 semaines après.
  • Naissance de triplés ou plus : 2 semaines avant l’accouchement et 24 semaines après.

Le congé de paternité

Tout comme la mère, le père a besoin de prendre un congé pour s’occuper de sa femme et de son nouveau-né. Tous les salariés y ont droit, quelles que soient son parcours dans la société, au moment de la naissance de son enfant ou de la personne avec qui il est marié. Ce congé dure 11 jours consécutifs. L’employé doit en informer son responsable, au moins 1 mois avant la date prévue de l’accouchement.

Le congé sabbatique

L’employé qui remplit les conditions d’ancienneté et d’activité, a le droit de mettre une pause dans son contrat de travail s’il veut réaliser un projet personnel non concurrentiel. De ce fait, le contrat de travail est interrompu entre 6 à 11 mois. Néanmoins, la société peut retarder le départ en congé, voire même le décliner sous réserve de montrer une justification à sa décision.

Les congés pour raisons familiales

Dès qu’il montre un justificatif à l’évènement en question, tout salarié a droit à des jours de congés supplémentaires. Que ce soit pour son mariage ou celui d’un proche, pour une naissance, pour un décès, pour la solidarité familiale ou encore pour un enfant malade.

Ajoutés à ces congés il reste encore le congé parental d’éducation, le congé de reclassement, le congé d’adoption, le congé de longue maladie et le congé pour engagement associatif.

Les congés spécifiques à la France

En plus de ces congés reconnus mondialement, les salariés qui travaillent sur le territoire français ont également droit aux congés suivants : les congés sans solde, les congés pour enfant malade, les congés pour évènement familial, les congés pour soutien familial et les jours fériés et ponts.

Actuellement, les entreprises font tout pour respecter ces congés de peur de se voir poursuivre au tribunal. L’accord de tous les congés