Les services aux aînés, une carrière d’avenir assurée?

Les services aux aînés, une carrière d’avenir assurée?

Les baby-boomers prennent de l’âge et leur espérance de vie ne cesse de s’allonger. De fait, selon l’Institut de la Statistique du Québec, en dix ans, le nombre de centenaires a presque triplé. La santé de ces bons vivants leur permet de vivre beaucoup plus longtemps que la génération précédente et il n’est pas rare de les voir atteindre un grand âge, encore debout, bien solides et sains d’esprit. Ils ont connu une époque où tout changeait : la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’American Dream, l’arrivée massive des automobiles, les débuts de la télévision, la guerre froide, le premier homme dans l’espace, Woodstock, l’ère peace and love, le rock and roll, l’informatique, les téléphones intelligents et bien d’autres choses encore. Ils ont vécu une vie fabuleuse où tout était possible et surtout, ils ont goûté à la liberté.
Aujourd’hui, les plus âgés commencent à montrer des signes de fatigue et de maladie, et la déficience et les pertes d’autonomie sont de plus en plus fréquentes. Les besoins en soins hospitaliers changent et, par conséquent, l’État n’arrive plus à supporter financièrement la charge économique qui s’y rattache. Pire encore, les générations qui suivent n’ont pas les moyens de continuer à en supporter les coûts.

Une fin de vie plus humaine et naturelle

Malgré cela, des solutions intéressantes et innovantes se pointent à l’horizon. En effet, on constate de plus en plus que les boomers préfèrent finir leur vie de façon plus naturelle et plus humaine en demeurant chez eux. Ils souhaitent recevoir à la maison les soins que leur état requiert. Plusieurs en ont les moyens, ce qui favorise la création de services privés hors de l’environnement hospitalier conventionnel. Et cet état de fait pourrait fort bien ouvrir un nouveau créneau d’emplois.
Les familles éclatées actuelles ne sont plus là pour aider les aînés à terminer leur vie dignement, et plusieurs de ces personnes âgées se retrouvent seules et sans ressources. Or, avec l’évolution de la science et les moyens de communication de plus en plus sophistiqués, la nouvelle génération peut se spécialiser dans le domaine de la santé, mais dans un contexte et un environnement différents des hôpitaux où les nouvelles technologies et l’accès à internet et aux sites web sont bien présents.

Des services privés à domicile

Bien sûr, même à domicile, il faut continuer de fournir aux patients un suivi médical, des soins, de l’aide à l’entretien de leur maison et de faire en sorte qu’humainement, ces personnes âgées puissent conserver leur dignité. On leur épargne ainsi les attentes interminables dans les hôpitaux, les voisins de chambre plus ou moins conviviaux et surtout toute cette machine administrative.
Alors, si les plus jeunes décidaient d’entreprendre leurs carrières en santé à leur propre compte en ouvrant des cliniques privées, spécialisées dans les soins aux aînés? Il se créerait ainsi des milliers de nouveaux emplois bien rémunérés, et cette relève permettrait aux personnes âgées de rester chez elles et de recevoir l’aide et les soins nécessaires au maintien de leur santé.
Les temps changent, les méthodes aussi. Il est bien évident que quelque chose cloche dans le système traditionnel qui ne tient plus le coup. Il faut absolument trouver des pistes de solutions plus douces et moins coûteuses pour l’État et pour la société moderne d’aujourd’hui.