L’étude numérique 3D et les prothèses dentaires

Prothèses dentaires

La technique de numérisation 3D permet de mesurer les formes de la surface d’un objet et de les enregistrer dans un fichier informatique exploitable appelé « modèle numérique ». Elle utilise la lumière structurée et la technologie laser pour la récolte des informations. Également appelé étude numérique 3D, ce procédé est aussi un moyen pour communiquer la copie numérique du modèle en cire à une autre structure de production.

Pourquoi utiliser un appareil de numérisation 3D ?

Certains laboratoires spécialisés dans la fabrication de prothèses dentaires utilisent des scanners 3D pour numériser des maquettes modelées manuellement. D’autres ont recours aux logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) qui s’avèrent beaucoup plus précis et rapides. Le fichier 3D obtenu est traité par le logiciel qui organise le découpage en tranches des différentes couches nécessaires à la réalisation de la pièce. Le découpage est envoyé à l’imprimante qui dépose ou solidifie la matière couche par couche jusqu’à obtenir la pièce finale. Le principe reste proche de celui d’une imprimante 2D classique à la grande différence près que c’est l’empilement des couches qui crée le volume.

 

Les scanners 3D utilisés pour la production de prothèses dentaires fixes ou amovibles offrent un niveau de précision de l’ordre de 20 µm. Les principales différences entre ces scanners sont la productivité et la possibilité de numériser plusieurs pièces en même temps. Par ailleurs, la technique varie en fonction de résultat escompté : préparations en plâtre avec implants, numérisation d’arcades complets ou enregistrement des occlusions dentaires. Des scanners spécialement destinés à la numérisation 3D d’arcades pour l’orthodontie sont disponibles sur le marché.

L’étude numérique 3D et ses avantages ?

La numérisation 3D de prothèse dentaire permet de réduire au minimum le besoin de modèle et d’augmenter la productivité des laboratoires. De plus en plus de cabinets dentaires sont en mesure de numériser l’empreinte et de l’envoyer au prothésiste qui peut immédiatement procéder à  la conception. La principale difficulté est de définir correctement la position d’une limite cervicale sur l’empreinte numérique et de valider une occlusion sans avoir un modèle en plâtre.

 

La position de la limite cervicale dépend du logiciel de CAO utilisé et la validation d’occlusion de la disponibilité d’un modèle en plâtre à partir d’un fichier numérique. La numérisation d’empreinte dans un cabinet dentaire présente l’avantage d’être accessible à tous les protestes qui n’auront plus besoin de s’équiper d’un scanner.

 

En résumé, la numérisation intra-buccale permet de prendre une empreinte sans passer par le moulage. Outre l’élimination de la gêne pour le patient (pour la prise d’empreintes classique), l’autre avantage est la précision de la prothèse qui comprend très peu d’imprécisions. Comme pour la numérisation de l’empreinte, la numérisation d’empreintes numériques directement en bouche réduit sensiblement le délai de réalisation de la prothèse.