S’engager dans une franchise : ce qu’il faut savoir

S’engager dans une franchise : ce qu’il faut savoir

Plusieurs gérants de boutiques se lancent aujourd’hui dans la signature d’un contrat de franchise. L’alternative est en effet très avantageuse. Mais encore faut-il savoir comment s’y prendre correctement. Afin d’aider ceux qui souhaiteraient se lancer dans cette aventure, voici quelques informations à retenir.

Partir à la pêche aux informations

Il est évident qu’avant de s’engager en franchise, il faudra bien se renseigner sur les différents points qui régissent cette forme de commerce associé. Pour ce faire, plusieurs options peuvent se présenter : faire appel à un professionnel, ou tout simplement lire des textes spécifiques. Ceci fait, il sera nécessaire de définir dans quel type d’affaires on souhaite se lancer.

Ensuite, choisir l’enseigne du franchiseur constituera l’étape suivante par laquelle il faudra passer. Afin de mener à bien cette opération, il faudra partir à la rencontre des franchiseurs et des franchisés et de s’informer au maximum auprès de ces derniers. Cela permettra de se rendre compte de tous les points à considérer avant de jeter son dévolu sur l’un d’entre eux. Grâce à ces données, il sera beaucoup plus simple de faire la comparaison entre les différentes entités existantes. Pour ce faire, il suffira d’effectuer quelques recherches sur internet. Par la suite, prendre une décision se fera plus simple.

Les éléments à considérer avant la signature du contrat

Ici, le recours à un avocat spécialisé en franchise restera indispensable. Avant toute signature, une bonne lecture du document en question sera nécessaire. Des informations préalables devront être fournies au concerné par l’entreprise franchiseuse. Ceci selon la loi Doubin de 1989. Ces données sont entre autres : le nom commercial, les dirigeants, le capital ou encore la date de création du réseau du franchiseur, la présentation de l’état du marché et le plus important : la durée du contrat et toutes les conditions s’y afférant. À noter que cette dernière ne devra pas aller au-delà de 10 ans. Pour la plupart du temps, il s’agit d’une entente s’étalant sur trois à sept ans.

Le franchisé devra également savoir que le financement de l’acquisition de son fonds de commerce ou de son droit de bail sera à son propre compte. Il devient alors important de prévoir quelques marges quant aux dépenses éventuelles. En effet, en fonction du type de franchise, les coûts peuvent différer. Cela peut concerner : le matériel, le stock, les frais de formation initiale, les loyers de l’équipement informatique ou encore des locaux du franchiseur.